Non à la fin de la production chez COMPIN à Evreux !

COMPIN, fabricant historique de sièges ferroviaires, basé à Evreux, est un maillon essentiel de l’industrie ferroviaire. Depuis 120 ans, les salariés de COMPIN conçoivent et fabriquent les sièges de trains, bus, métros, TGV, tramways qui transportent les voyageurs en France et dans le monde entier.

 

Un conseil extraordinaire est prévu le 13 Septembre à la demande de La présidente d’Ile-de-France mobilité Valérie Pécresse en la présence de la SNCF, et les dirigeants d’ALSTOM afin de débattre sur les nombreux sujets de contentieux.

 

Le 23 août, soit le lendemain de la reprise post-fermeture du site pour congés estivaux, la direction de COMPIN  Evreux a annoncé le licenciement de 55 travailleurs sur 113 actuels pour Novembre prochain !!

L’annonce du PDG a été très brutale : « Dans un arbre il y a des branches mortes, il faut les couper ».

Nous pouvons également lui répondre que les gourmands  détournent à leurs profits les substances nutritives de l’arbre, qu’ils sont des pousses infertiles dont le développement « épuise » les branches à fruits.

 

Cette délocalisation n’est pas acceptable surtout en pleine transition écologique : La fabrication de sièges de bus et de sièges ferroviaire Français ne sera plus effectuée sur Evreux mais délocalisée en Espagne et en Pologne.

Géographiquement Paris/Compin Évreux constitue une distance d’environ 100 kilomètres alors que COMPIN Pologne se trouve à 1 600 kilomètres de Paris.

Où est le bon sens de la sobriété énergétique lorsque le PDG de Compin désindustrialise ?

 

Les donneurs d’ordre doivent réagir dans ce conseil extraordinaire. Ils ne peuvent pas laisser faire ce projet de PSE. Les salariés de Compin France ne doivent pas être sacrifiés pour satisfaire le profit des actionnaires, ce serait être complice.

 

En clair, que l’état français mette en pratique sa « volonté » de réindustrialisation.

 

La CGT COMPIN

cgtcompin@gmail.com  /  06-03-60-75-00